GDR CNRS 3532 MODMAT
2012-2015



Objectifs

Descriptif téléchargeable

La mission de ce groupement est de fédérer au niveau national la communauté des "modélisateurs" en matière condensée, structuration qui doit lui permettre de rivaliser avec la forte communauté internationale impliquée dans cette thématique. Dans ce contexte il a pour vocation de faire se rencontrer et échanger des chercheurs théoriciens dont le dénominateur commun est de modéliser des matériaux réalistes, i.e. dans des conditions proches des observations expérimentales, voire des conditions et des propriétés d’usage (applications). Il doit leur permettre ainsi de partager culture, outils et méthodes lors de réunions générales et d’ateliers plus spécifiques, de former de jeunes chercheurs par l’organisation d’écoles, d’impulser des collaborations entre partenaires issus de laboratoires différents, de favoriser des rencontres permettant le montage de consortiums. Les contours de la communauté impliquée sont larges puisqu’allant des collègues faisant des simulations numériques au niveau atomique en matière condensée, jusqu’à ceux qui développent des méthodes continues, en passant par l'ensemble des méthodes mésoscopiques. De même, la gamme des matériaux étudiés est large, incluant les matériaux cristallins et amorphes, à base de plusieurs composants, les surfaces, les interfaces, et les nano-objets.

Mener à bien cette mission nécessitait deux étapes. La première a débuté avec la création en 2012 du GDR ModMat, et s'est terminée fin 2015 à l’issue de son premier quadriennal. Cette étape a permis de faire émerger, au bout de trois ans, une communauté qui s’est rencontrée et a appris à se connaitre lors de la tenue de deux réunions plénières, qui ont rassemblé chacune une centaine de personnes et de quatre ateliers suivis chacun par une quarantaine de participants. Ces réunions ont permis de constituer un réseau d’environ 300 personnes, appartenant à 67 laboratoires répartis sur l’ensemble du territoire national, qui partagent concrètement leurs connaissances en termes de sujets de recherche et de méthodes.

La deuxième étape, démarrée au 1 Janvier 2016, a vocation à pérenniser ce réseau, qui est très récent et pour l’instant encore en phase de consolidation, en renforçant les interactions entre les partenaires et en organisant des ateliers beaucoup plus ciblés sur des thématiques spécifiques. Les principaux acteurs d’une recherche à la fois multi-échelle, multi-physique/chimie, et tournée vers les applications, étant maintenant impliqués dans le GDR, ces ateliers deviendront naturellement des lieux propices à :

- l’approfondissement des relations et la mise en place effective de collaborations,

- une réflexion commune sur les thématiques identifiées, visant par une mise en perspective à la levée des verrous scientifiques,

- l’élaboration de grands projets intégrés, avec des retombées fortes liées aux applications, qui pourront de par leur nature être soumis aux appels d’offre nationaux et internationaux.

Dans ce contexte, nous prévoyons d'approfondir la problématique du couplage entre les échelles liée aux méthodes multi-échelles et de renforcer la thématique applicative, notamment d’intérêt industriel, en cohérence et dans la continuité de l’atelier « de l’atome au code industriel » qui s’est tenu en décembre 2014 au cours duquel le GDR s’est ouvert à de nouveaux partenaires issus du milieu de la recherche industrielle (EDF, AREVA, St Gobain, IFPEN, SOLVAY, STMicroelectronics, CEA LETI). De cette rencontre entre acteurs de recherche fondamentale et acteurs industriels d’une recherche plus applicative doit naître la constitution d’un langage commun, d’une meilleure connaissance des problématiques, des questions, méthodes et outils existant d’une part, et des interlocuteurs les plus pertinents dans ces domaines d’autre part. Du point de vue de la stratégie de recherche à l’échelle nationale, cette nouvelle mouture du GDR facilitera le transfert des connaissances thésaurisées par la recherche amont vers le monde de l’industrie, et en retour faire peser les enjeux de ce dernier sur la définition des programmes de recherche fondamentale. La force du GDR tiendra ainsi dans sa capacité à assurer une véritable représentation de thématiques très variées, à la fois spécifiques et transverses, que ce soit en ce qui concerne les classes de matériaux ou les intérêts technologiques abordés.

Actualité du GDR